PRESSE

Mot de la Commission culturelle de Venthône, juin 2013

“Merci, chères Aude et Pauline, du magnifique concert que vous avez donné au château de Venthône. Vous avez conquis le public, de la jeunesse , dont vos nombreux amis, aux grands-mamans et vous leur avez donné en partage votre complicité musicale. Vous êtes si différentes, l’une penchée sur son clavier et pourtant attentive à sa partenaire, accompagnant son chant de variations et d’harmonies; l’autre affirmant sur scène un tempérament d’interprète et de comédienne qui happe l’attention du public et le maintient sous le charme. Nous avons passé d’une langue à l’autre, arpenté des territoires proches ou lointains, rencontré des auteurs aimés et avons eu la joie de découvrir vos propres compositions.

Merci de nous avoir embarqués dans votre voyage au long cours.
La commission culturelle souhaite à Nomade bonne route et bon vent.

Françoise de Preux”

Article paru dans le journal « L’agache », août 2013

“Nomade en concert à Arbaz, un duo de charme et de voix sur la scène de l’AAM

Le talent se multiplie lorsqu’il est partagé. C’est ce qu’ont compris Pauline Lugon et Aude Follonier.

Depuis leur rencontre, elles s’amusent à revisiter à leur manière des standards ou des chansons moins connues. Entre jazz et musique du monde, la musique de Nomade se plait à sortir des sentiers battus, voyageant sans cesse entre les genres musicaux, les diverses époques ou entre nostalgie, joie de vivre et plaisir de communiquer.

Si l’on considère leur parcours, ces jeunes musiciennes se caractérisent toutes deux par une certaine précocité. Depuis l’enfance, Pauline pratique le théâtre et le violon, alors que Aude prend, à l’âge de 5 ans, ses premiers cours de piano classique. Au fil des ans, chacune va continuer à se former dans sa voie, en découvrir d’autres, développant ainsi une personnalité artistique complète. Au gré des voyages, des expériences et des hasards de la vie, l’une et l’autre vont tomber en amour avec le jazz et les espaces de liberté qu’il permet. Lorsqu’elles se rencontrent à l’Ecole de Jazz et de Musique Actuelle à Sion (EJMA-VS), cette passion va les réunir dans un désir commun de création et d’improvisation, complété par une complicité certaine et un plaisir de jouer ensemble.

Toutes deux attirées par la composition, Pauline et Aude se lancent depuis peu dans la création d’un projet plus personnel. Le programme qu’elles auront le plaisir de présenter à la salle culturelle d’Arbaz le samedi 14 septembre prochain sera d’ailleurs agrémenté de leurs premières compositions. Le duo Nomade, c’est un carnet de voyage, des impressions retenues d’ici ou d’ailleurs. Avec ses notes teintées de mélancolie ou ses touches fantaisistes, sa musique vous emmènera tantôt en Italie, tantôt en Amérique du Sud ou encore dans des contrées inconnues…
Laissez-les vous embarquer avec elles !

Duo Nomade – en Concert
le samedi 14 septembre à 20h
Salle culturelle d’Arbaz”

Article paru dans le journal « L’agache », août 2013

Article paru sur le site l’1dex, novembre 2013

La Vidondée
Posté le 23. nov, 2013 par Carine Sauve Darbellay

La Vidondée, à mon oreille, c’est comme une petite cascade de syllabes qui réjouissent le coeur, la promesse d’endroits secrets où enfants, on pouvait courir, jouer, se cacher, patauger dans la Fara et s’inventer des destins fabuleux.

Evoquer la Vidondée, c’est convoquer le souvenir lumineux de cousine Jeanette, de ses bras qui savaient si bien étreindre, de son sourire qui ouvrait les coeurs les plus secs, de sa façon de recevoir qui nous laissait gavés de mille bonnes choses et délicieusement repus d’amour.

Mais la Vidondée, c’est surtout une silhouette incroyable, familière à tous les Riddans.
Qui renvoie à un temps où la prospérité d’Isérables voulait qu’il soit plus commode de percevoir la dîme sur les hauts du village que dans une plaine encore à prendre sur les eaux du Rhône.
De théâtre au rôle du Vidomne qui percevait la dîme pour l’évêque, la Vidondée est passée au cadre d’activités culturelles éclectiques. Et la nique à l’histoire d’une propriété de famille haut placée qui devient lieu culturel à disposition de tous m’enchante.
Qui pourra s’étonner qu’on ait pensé, un temps, raser la Vidondée désormais tombée en ruine pour bâtir un immeuble locatif ?
C’était sans compter sur la conscience du caractère d’exception de cette réalisation architecturale qu’en avait le préfet Jacques-Louis Ribordy qui a su s’entourer pour en faire cet endroit incroyablement attachant.

Une grange en pierre, vous pensiez que ça n’existait pas ?

Détrompez-vous ! et quelle grange! Tour à tour cadre d’expositions, salle de concert ou décor de théâtre.

J’ai récemment eu l’occasion d’y vivre un coup de foudre musical avec le Duo nomade, et je vous encourage à découvrir le joli programme concocté par » l’intendant », Monsieur Gérard-Philippe Crettaz qui reconnaît se fier au hasard des rencontres, à la sincérité des artistes pour élaborer, avec toute sa conviction, un programme varié dans un grand esprit d’ouverture.

http://1dex.ch/2013/11/23/la-vidondee/

Article paru dans le journal « Sixième Dimension », juin 2014

Icogne chante le blues les 4 et 5 juillet

Festival: De la musique à faire «jazzer» les pierres et réveiller les sens. Voilà ce que proposent les organisateurs de l’IcogneJazz, les 4 et 5 juillet prochains.

Pour sa 8e édition, l’IcogneJazz voit grand. Le plus petit des festivals de blues en Valais s’étend désormais sur deux jours. Les adeptes de boogie-woogie sont attendus les 4 et 5 juillet. Les portes ouvriront dès 18 heures. Des formations musicales de toute la Suisse se produiront sur scène.

En tête d’affiche, on retrouvera les Valaisans de Latitude Trio, le quartet jurassien Inside Out qui dépoussiéreront vingt-cinq années de jazz, ainsi que le duo Nomade, fruit de la rencontre de deux passionnées de musique, Pauline Lugon et Aude Follonier.

«Olivier Magarotto de la Radio Suisse Romande, qui assure l’accompagnement musical de l’émission des Dicodeurs, sera également présent samedi soir», souligne Nicolas Besse, responsable de l’événement. La soirée se clôturera sur une touche plus groovy avec le DJ Soul Koffi, qui ravira les amateurs de «black music».

En marge du festival, un marché artisanal animera le centre du village, samedi, dès 15 heures.

Et pour permettre au public de se parquer en toute tranquillité, une navette gratuite est organisée depuis les différents parkings de la manifestation.

Pour encadrer ce petit monde, quarante-cinq bénévoles seront sur le pied de guerre.

Des gens d’ici et d’ailleurs

Les organisateurs attendent entre sept et neuf cents festivaliers sur les deux jours. « Notre public est pour la plupart régional, composé de gens du et des villages des six communes. Mais, depuis quelques années, nous constatons aussi l’arrivée de plus en plus de personnes de l’extérieur: des mélomanes aguerris et des amateurs », précise Nicolas Besse.

Entièrement gratuit, le financement de l’événement est assuré grâce au sponsoring, au soutien de la Commune d’Icogne et à la vente de boissons. « Je tiens d’ailleurs à remercier la Municipalité, nos partenaires, nos bénévoles et les habitants d’Icogne pour leur précieux soutien », conclut le responsable de la manifestation.

Maude Bonvin

Article paru dans le journal « Sixième Dimension », juin 2014

Article paru dans le Nouvelliste, 20 juin 2014